Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'infos Ok

Actualités touristiques

Le grand pardon

Le 30 juillet 2017

Tradition granvillaise au même titre que le carnaval, qui rend hommage à la Vierge Marie.

Le Grand Pardon de la mer et des corporations est une fête traditionnelle de la Manche, qui a lieu chaque année à Granville.

Cette fête de la mer est traditionnellement organisée le dernier dimanche de juillet, à l'initiative de l'Association du Grand pardon des corporations de la mer.

Elle donne lieu à une procession dans le centre ville, jusqu'au port, avec bannières et maquettes de bateaux, une messe à la criée, une bénédiction de la mer, un déjeuner et un spectacle, le tout terminé par une nouvelle procession.

Histoire

En 1113, les pêcheurs du cap Lihou auraient retrouvé une statue de la Vierge dans leurs filets. Ce miracle les incite à construire l'église Notre-Dame dans laquelle la sculpture de bois est conservée précieusement.

Le 31 juillet 1944, après la libération, la statue de Notre-Dame du Cap-Lihou est ressortie pour une procession qui la ramène dans son église au milieu des louanges.

En 1951, on instaure un hommage annuel à cette vierge granvillaise, avec une cérémonie en mer suivi d'un cortège vers la haute ville pour une messe en plein air.


La nuits des soudeurs

Du 05 août 2017 au 06 août 2017

La nuit des soudeurs est un festival de sculpture métal. Au programme des festivités : soudure en action, ateliers, expositions, concerts et vente aux enchères des créations réalisées !

 

LA NUIT DES SOUDEURS est un festival de sculpture métal.
Depuis 2004, le premier week-end d’août, les artistes sont invités à créer une sculpture sur un thème choisi.
A l’issue du festival, une vente aux enchères des œuvres produites est organisée, au profit de leurs auteurs.
Les sculpteurs sont logés à l’auberge de jeunesse toute proche, le samedi soir, nourris mais pas blanchis !
Deux bennes de ferrailles de récupération sont à leur disposition ; charge aux artistes de ramener postes à l’arc (chalumeaux interdits), meuleuses, baguettes et disques, masques et lunettes. 
La première édition de la Nuit des Soudeurs n’avait d’autres ambitions que de rassembler des artistes sur le port de commerce et de les inviter à créer des sculptures en direct en puisant dans les montagnes de ferrailles de récupération destinées à la refonte. La mayonnaise a pris aussitôt et le public était nombreux pour regarder les soudeurs en action.
La deuxième année, pour stimuler les artistes, le thème était  « La femme new-look », clin d’œil au centenaire de la naissance de Christian Dior, enfant du pays. 
La troisième édition fut placée sous le signe de la monumentalité, la ferraille était au rendez vous, nous eûmes droit à une statue de la liberté déjantée, un hippocampe géant ainsi qu’à des créatures monstrueuses.
En 2007, nous avions choisi de proposer aux sculpteurs de créer dumobilier, ils étaient invités, comme chaque fois à exposer des travaux aboutis qu’ils avaient apportés. La vente aux enchères qui clôture le festival a eu un grand succès.
C’est un thème très compliqué et exigeant qui fut proposé en 2008, la création de sculptures mécaniques ou de machines artistiques. Il y eut de belles réussites mais aussi des échecs cuisants, faute de préparation et d’anticipation des difficultés. Des professionnels ont sauvé l’affaire grâce à des déambulations mécanico-délirantes, sonnantes et ne trébuchant pas.
Le thème de l’année 2009 fut beaucoup plus abordable : « La ferme ». Les sculpteurs animaliers allaient pouvoir s’éclater, ils ne sen privèrent pas, nous eûmes droit à un bestiaire exceptionnel peuplé de créatures plus ou moins fantastiques, un mouton géant (breton) chiait même des boules de pétanque à la nuit tombée. 
"Étonnez-moi !" : pour pousser à bout les sculpteurs, en 2010, on leur proposa de concevoir un projet susceptible de nous étonner, des artistes venant de toute la France ont rivalisé de créativité dans des registres divers, des performances diverses ponctuant la nuit.
Les NOUVEAUX REALISTES étaient à l’honneur en 2011 et le soir, une cantatrice a enflammé la nuit. En 2011, seules les soudeuses étaient acceptées, 45 artistes venant de partout ont rivalisé de créativité et de sensibilité pour proposer une édition hors norme.
2012, La Nuit des soudeuses. Les 45 soudeuses venues de toute la France et même de Corse ont produit des oeuvres ciselées en fonction de leur inspiration (pas de thème cette année-là). Du monumental à la miniature par équipe ou en solo.
2013 Pour les 10 ans, la musique était à l’honneur, création d’instruments, performances sonores, machines musicales, vidéo et plasma.
 

En 2014, en rendant hommage à Calder nous changions de site et proposons quatre lieux différents avec des investissements variés, accueillant d’autres artistes du métal.

En 2015, nous prolongeons notre parcours du port à la Haute-Ville en proposant 7 sites et autant de propositions autour de la lumière !

 

www.lanuitdessoudeurs2014.fr


Coupe tennis soisbault

Du 05 août 2017 au 09 août 2017

Championnat d'Europe de tennis féminin par équipes des moins de 18 ans qui se déroule à granville

 

 


Jazz en baie

Du 05 août 2017 au 13 août 2017

Rendez-vous du Jazz et des musiques improvisées, Jazz en Baie est un festival qui a su s'imposer comme un événement incontournable où se raconte l'histoire du jazz mais aussi et surtout comme un festival qui affirme son inépuisable renouvellement. Ce projet de territoire construit et identifié autour de la 8ème merveille du monde : Le Mont Saint Michel, ne cesse de croître et d'innover en proposant chaque année des rencontres musicales uniques sur 35kms de littoral Normand. Jazz en Baie affiche sa volonté de diffuser et de promouvoir toutes les couleurs du jazz au travers de ses différentes scènes aux programmations singulières, mélangeant les styles et les artistes. Du jazz fusion, du jazz manouche, en passant par le blues ou le gospel, Ja

Fuites de Jazz, fondée en 2009. Composée d’une centaine de bénévoles, cette dernière compte deux permanents qui régissent le festival à l’année : un Régisseur/Administrateur et un Chargé des partenariats et de la communication. 
Le festival s’inscrit dans un projet de territoire construit et identifié autour de la 8ème merveille du monde : Le Mont-Saint-Michel (Manche 50). Depuis sa création en 2010, le festival ne cesse de croître et d’innover en proposant chaque année des rencontres uniques dans des lieux singuliers durant une dizaine de jours autour du 15 août ; se déplaçant de ville en ville sur 35 kms de littoral Normand allant de Granville à Avranches. Nous retrouvons ainsi le festival à Carolles plage, à Saint-Pair-Sur-Mer, dans les jardins du musée Christian Dior à Granville, à Genêts, sur la place de la mairie à Avranches et sur les grèves du Mont Saint Michel en face du rocher Tombelaine.
Jazz en Baie s’inscrit dans la lignée des festivals à forte singularité du fait de sa situation géographique et de son patrimoine touristique, mais aussi par sa ligne artistique et ses rendez-vous atypiques réunissant plus de 20000 spectateurs chaque année. Soutenu par les acteurs locaux, le budget du festival est couvert à hauteur de 75% de fonds propres de l'association (Billetterie, Bar et Boutique, Mécénat Sponsoring et partenaires professionnels) et 25% par les collectivités publiques.

Retrouvez toutes les informations sur www.jazzenbaie.com/


Festival des voiles de travail

Du 23 août 2017 au 27 août 2017

Rassemblement de vieux gréements, village « patrimoine maritime », expositions et mises en scène, visites des
bateaux, sorties en mer, concerts…

 Monter à bord de vieux gréements, assister au travail du poisson, déguster des coquillages…A travers des animations festives et familiales, le festival des Voiles de Travail témoigne du riche passé maritime de la Monaco du nord.

Les lieux du Festival des Voiles de Travail :

  • Le port de pêche de Granville, pour embarquer à bord de La Granvillaise voilier typique de la Baie du Mont-Saint-Michel, anciennement destiné au dragage des huîtres, l’Étoile de France, le Lys Noir ou encore le célèbre le morutier Le Marité dernier terre-neuvier en bois encore à flot.

  • Le village des Voiles de travail, pour découvrir des expositions, assister à des démonstrations de débarque d’huitres, profiter de dégustations d’accras de morue, observer la fabrication du sel de l'Avranchin à partir du sable de la baie du Mont Saint–Michel et admirer le travail de la nacre. Un espace pédagogique et ludique dédié aux enfants et leur propose de nombreuses activités.

  • Les quais du port de pêche Granville, pour bénéficier de séances de cinéma gratuites en plein air sur écran géant, suivre des déambulations musicales et assister à des concerts gratuits.

Et comme "l’air de la mer, ça creuse" direction La Cambuse & Le Bistrot du marin pour déguster bulots, huîtres, moules, blancs de seiche, filets de dorade, de tacaud et de rouget barbet, directement du pêcheur à l'assiette.

Festival des Voiles de Travail c’est plus de 50 000 visiteurs, 3000 repas servis sur les quais, 1200 personnes embarquées pour des parades, baptêmes ou visites à bord des bateaux présents.

Renseignements et réservations sur le site www.festivaldesvoilesdetravail.com/ 

 


La nuit des galeries

Le 26 août 2017

Parallèlement à la Nuit des musées, les galeries et ateliers d'artistes de la rue des Juifs ouvrent leurs protes en nocturne, le tout en musique...


La foire aux melons

Le 27 août 2017

Officialisé dans la seconde partie du XIXe siècle, ce rendez-vous était initialement un moment de ravitaillement pour les nombreuses personnes remontant du sud et se rendant à la foire de Lessay. Aujourd'hui, si on peut évidemment acheter ici son melon, l'événement est devenu un vaste vide-grenier, les brocanteurs professionnels et ceux désireux de vider leurs greniers prenant place dans le quartier du Calvaire.

 

 


La foire Saint Luc à Gavray

Du 13 octobre 2017 au 15 octobre 2017

Connue depuis Richard Coeur de Lion, la foire Saint-Luc est une des plus anciennes foires de la Manche. Elle accueille chaque année 100 000 visiteurs et 600 exposants.

Afficher l'image d'origine


Journée du Patrimoine

Du 16 septembre 2017 au 17 septembre 2017

Venez visité les musées de Granville gratuitement ou à prix réduit.

Les premières Journées du patrimoine ont été lancées en 1984 par le ministère de la Culture français, à l'initiative du ministre Jack Lang, sous le nom de « Journée portes ouvertes dans les monuments historiques », le troisième dimanche de septembre.

À la suite du succès de ces journées, le 3 octobre 1985, à Grenade, au cours de la deuxième conférence du Conseil de l'Europe entre les ministres responsables du patrimoine architectural, Jack Lang propose d’étendre l’initiative au niveau européen. Plusieurs pays européens tels que les Pays-Bas, le Luxembourg, Malte, la Belgique, le Royaume-Uni (Écosse) et la Suède, organisent rapidement des journées similaires.


Toute la mer sur un plateau

Du 30 septembre 2017 au 01 octobre 2017

Le festival « Toute la mer sur un plateau » mettre en vedette la production normande de fruits de mers, poissons, coquillages et autre crustacés . La mer, omniprésente dans le paysage granvillais, donne le tempo à ce grand rendez-vous annuel placé sous le signe de la pédagogie et de la gastronomie. Frais ou transformés, les coquillages et les crustacés auront une nouvelle fois la part belle.

Le festival « Toute la mer sur un plateau » mettra à nouveau en vedette la production normande de fruits de mers, poissons, coquillages et autre crustacés . Depuis 14 ans, la mer, omniprésente dans le paysage granvillais, donne le tempo à ce grand rendez-vous annuel placé sous le signe de la pédagogie et de la gastronomie. Frais ou transformés, les coquillages et es crustacés auront une nouvelle fois la part belle.

 

Ce qui vous attends : 

  • 16 tonnes de produits de la mer, en direct du pêcheur ou du conchyliculteur (bulots,praires, coquilles Saint-Jacques, olivettes, amandes, huîtres, moules de bouchot, homards, tourteaux)
  • découverte des métiers de la pêche avec des expositions et des films
  • les démonstrations de cuisine avec les chefs de la région
  • la découverte des métiers de la pêche avec des expositions et des films
  • 50 exposants sur la thématiques marine proposant des produits gourmands, des vins, de la décoration, des vêtements, du matériel, de l’artisanat…
  • les ateliers de cuisine pour les enfants
  • restauration d’assiettes de coquillages et crustacés
  • chants de marin.
Les chiffres clés de la pêche en Normandie :

Les 500 navires de Basse Normandie et les 2000 marins embarqués débarquent un volume officiel estimé à plus de 60 000 tonnes pour un chiffre d’affaire d’environ 100 millions d’euros.  A cela s’ajoute plus de 300 pêcheurs à pied générant une valeur approchant les 10 millions d’euros.

La Basse Normandie est la 3ème région productrice de produits issus de la pêche.
La flottille Bas Normande est très diversifiée et exploite différentes espèces dont 85 % sont dites « régionales » et 15% communautaires. Les espèces régionales (bulot, crustacés, seiche, moule, coquille st Jacques, praire, bivalves…) font l’objet d’une réglementation mise en place par le Comité régional des Pêches maritimes et des Élevages Marins tandis que les espèces dites « communautaires » font l’objet de réglementation mise en place par la Commission Européenne.

Granville et la pêche :  une longue histoire.

L’histoire de Granville est étroitement liée à celle de la pêche à Terre Neuve. Dès le début du 16ème siècle, les premiers Granvillais partaient pêcher sur les côtes de la péninsule et la grande pêche reste alors l’activité essentielle du port granvillais. Au 18ème siècle, la pêche à la morue constitue pratiquement la seule industrie de la ville et c’est au 19ème siècle que la pêche de l’huître se développe dans la baie avec les bisquines qui partaient en caravanes draguer ce précieux coquillage. L’économie granvillaise est alors basée en grand partie sur cette pêche et, régulièrement, on retrouve des huîtres dans les constructions ou les fondations de certains terrains.
Puis, l’huître s’étant raréfiée, Granville développe au 20ème siècle la pêche de la praire, puis celle du bulot. L’origine de la pêche du bulot en baie de Granville remonte à 1886, lorsque Terre Neuve interdit à ses habitants de vendre des appâts aux pêcheurs français de morue. Ces derniers décident alors de pêcher des bulots pour s’en servir d’appâts. De retour à Granville, ils auraient rapporté la pratique de la pêche du bulot au casier. Une pêche de bulots est ainsi attestée à Granville depuis les années 1940 (1). Premier port normand à la pratiquer professionnellement, cette pêche était alors réalisée à bord de doris.

Aujourd’hui, Granville est le 1er port coquillier français : les coquillages représentent plus des 3/4 de l’activité de la halle à marée et le bulot s’affiche toujours comme l’espèce n° 1 de la halle à marée en tonnage et en valeur (2 540 tonnes et 5,45 M €).

Le bulot de la baie de Granville est emblématique de l’Ouest Cotentin, 1ère région française et européenne de pêche pour cette espèce.

En France, plus de 75 % de la production nationale de bulot est originaire de Normandie, et plus précisément de la baie de Granville, dans une zone qui va du port de Granville à la pointe du Cotentin, et s’étend vers l’île anglo-normande de Jersey.

Les espèces pour lesquelles le marché de Granville est prépondérant sont le bulot, le vanneau, l’amande de mer, la coquille Saint-Jacques, la seiche, la dorade grise, la praire, l’araignée de mer, la roussette et la raie.

La flottille granvillaise est composée de 52 navires pour, environ, 200 hommes embarqués : 28 chalutiers polyvalents (7 de plus de 16 m, 16 de 12 à 16 m et 5 de moins de 12 m), 16 caseyeurs bulotiers et 8 caseyeurs crustacés..

 

Une identité affirmée synonyme de garantie pour les consommateurs :

Label Rouge pour la noix de Saint-Jacques blanche surgelée. La démarche de certification a été obtenue par Normandie Fraîcheur Mer et la halle à marée en partenariat avec Breizh Filière Mer à partir de la campagne 2015/2016. Il garantie une coquille de pêche côtière courte, conservée à plat, décoquillée vivante, de beau calibre et avec une surgélation de qualité dans l’atelier de transformation de Granvil’mer (Bréville sur Mer).

Marque commerciale Baie de Granville : lancée par la CCI en septembre 2009, cette identité locale permet de valoriser les produits commercialisés à la halle à marée et de renforcer leur origine après du consommateur. Sont concernés le bulot, le bar, la dorade grise, le lieu jaune, le Saint-pierre, la sole et le turbot. Pour prétendre à cette reconnaissance les produits doivent répondre à des critères de qualité : lieux de pêche, fraîcheur, marée courte et respect des tailles. 18 acheteurs, signataires de la charte d’engagement, assurent à leurs clients la fourniture d’outils d’étiquetage et d’identification.

Pavillon France : dans le même esprit, la halle à marée de Granville a reçu le label Pavillon France ; depuis juin 2014 les dorades grises arborent ainsi un pin’s Pavillon France garantissant, là aussi pour le consommateur, la qualité du produit.

L’Identification Géographique Protégée (IGP) pour le bulot de la Baie de Granville a été lancée, la démarche suit son cours. Cette obtention assurerait à ce produit une reconnaissance au niveau européen de sa spécificité et de sa qualité et une protection de la dénomination, renforçant l’image de Granville comme le 1er producteur européen de bulots.

La labellisation « pêche durable » pour le bulot, en cours, via l’écolabel décerné par Marine Stewardship Council (1), à l’image dece qui a été entrepris pour le homard qui, depuis son obtention en 2011, voit ses indicateurs de suivi de stocks à la hausse. La pêcherie de bulot de la baie de Granville est donc entrée officiellement dans la démarche en juin 201, elle devrait aboutir d’ici la fin de l’année. La Baie de Granville deviendrait ainsi la 1er pêcherie de bulot certifiée MSC au monde et figurerait aussi comme la 2è pêcherie normande certifiée après celle du « Homard du Cotentin ». Cette demande de certification « pêche durable » est la suite logique du travail entrepris inlassablement depuis des décennies par les professionnels qui traduit leur engagement pour assurer la pérennité des ressources qu’ils exploitent. Quelques exemples : la fermeture de pêche en janvier (la 8è année en 2015), période importante dans la reproduction du bulot, la limitation du nombre de licences de pêche et l’instauration de quotas


Foire Sainte-Croix Lessay

Du 08 septembre 2017 au 10 septembre 2017

Depuis mille ans la foire Sainte -Croix s’installe sur « la Grand’ Lande » de Lessay, chère à l’écrivain et poète normand Louis Beuve.
Sur l’ensemble des trois jours, découvrez l’exposition de matériel agricole, de travaux publics, d’équipement de la maison et du jardin ou de voitures. Venez flâner dans les allées des 1 500 tentiers et déballeurs, découvrir les ventes de chiens, de volailles et d’oiseaux. Promenez-vous au salon de la gastronomie, à la fête foraine ou au festival départemental de l’élevage. Sans oublier la pause restauration dans la célèbre allée des rôtisseurs où vous pourrez vous installer sous un chapiteau pour profiter du repas traditionnel de la foire Sainte-Croix : le mouton grillé et frites.

Ce grand rendez-vous a cette particularité de rassembler environ 350 000 visiteurs de tous horizons pour un moment des plus festifs de la région et d’apporter au département de la Manche une grande vitrine économique dont il est presque impossible d’en énumérer la diversité.
La foire débute le vendredi avec la traditionnelle inauguration en présence de monsieur le Préfet de la Manche, et de nombreux élus : le président de Région, le président du conseil général de la Manche, conseillers généraux, député et sénateur, maires…et responsables départementaux des services de l’Etat.
Le cortège officiel emmené par les gendarmes de la Garde Républicaine va à la rencontre des exposants, environ 1500 qui viennent de toutes les régions France.
La foire Sainte Croix comporte la plus belle exposition de matériel agricole du département de la Manche, de par son importance elle est le rendez-vous incontournable des fabricants et des agriculteurs.
On achète le dernier modèle de tracteur ou la plus grosse ensileuse à maïs…
Le  à lvendredi matin plus de 1000 chevaux sont présentésa vente sur le foirail par les éleveurs de Basse Normandie ; les acheteurs locaux, mais aussi des acheteurs qui viennent de pays voisins, discutent, négocient les prix, à l’heure du « NET » on tape encore dans la main pour sceller l’affaire!

Cette année plusieurs associations d’éleveurs mettent en place une exposition de chevaux (Cobs Normands, Percherons, des poneys de sport, chevaux Anglo-arabes), elle sera complétée d’animations liées au cheval ; elle durera les trois jours de la foire Sainte-Croix, à l’instar du concours départemental de l’élevage organisé depuis une décennie à la foire de Lessay par les éleveurs de bovins et ovins de la Manche, avec le soutien du contrôle laitier de la chambre d’agriculture et de nombreux partenaires.
Les éleveurs regroupent sous un hall construit à ce effet 350 bovins, les plus beaux du département de la Manche représentant les races Normande, Salers, Blonde d’Aquitaine, Prim’holstein, Montbéliarde …certains animaux sélectionnés vont concourir ensuite au salon international de l’élevage à Rennes (le SPACE) et au salon de l’agriculture à Paris.
Les trois races ovines de la Manche sont présentes : l’Avranchin, le Cotentin et le roussin de la Hague qui avait un espace dédié au concours de Rennes en 2009.
A Lessay, durant trois jours c’est une ferme géante qui vit sur le champ de foire, elle met à l’honneur les Paysans et leur savoir faire en matière de génétique bovine.
Juste à côté du festival départemental de l’élevage bovin, c’est la foire aux chiens, pédigrée obligatoire ; des milliers de visiteurs arpentent les allées de ce secteur pour trouver le chiot qu’on cherche ou tout simplement c’est le coup foudre pour l’un deux.
Une rue incontournable où les 350 000 visiteurs de la foire se restaureront, c’est la rue des rôtisseurs haute en couleurs et en odeurs, on embroche gigots et épaules de mouton pour les griller au feu de bois, en plein air comme depuis plusieurs siècles. 
Et il y a tous ces commerçants et leurs étals où chacun achète les ingrédients d’un bon repas traditionnel de la foire Sainte-Croix (le mouton grillé, les frites, le camembert REO au lait cru fabriqué à Lessay, le melon et le raisin…)
Après on s’installe sous les grands chapiteaux et l’on déguste en famille et entre amis toutes ces victuailles du terroir, un moment de convivialité exceptionnel pour les fidèles de la foire Sainte-Croix et inoubliable pour ceux qui découvrent pour la première fois cette ambiance unique en Normandie.
Pendant trois jours qui se prolongent la nuit avec la fête foraine aux milles lumières, Lessay et la Sainte Croix forment une autre planète où les gens se donnent rendez-vous pour être ailleurs…



Recommandez cette page sur